La Sunshine Coast

Je continue mon blog, je suis actuellement à Perth et j'ai un peu de temps libre ... Alors je reprends mon récit de voyage où j’en étais la dernière fois…

Surfer Paradise était vraiment sympa, mais j’avais besoin de changer d’air, et puis il pleuvait presque tous les jours, alors un matin je me suis levé, j’ai fait mon sac et je suis parti à la gare routière pour trouver un bus qui m’emmènerait à Noosa, l’étape suivante de mon voyage.  Bien évidement je suis arrivé trop tard et j'ai raté le seul bus qui allait dans le Nord. Alors je ne suis parti que le lendemain. Le programme que je m’étais organisé en partant de Surfer c’était de faire environ deux semaines de Woofing chez Amanda et Richard dans une ferme où ils font de la permaculture. Ensuite, je devais aller dans une autre ferme à Maloolaba et puis partir en direction de Cairns dans le nord du Queensland où je devais visiter la grande barrière de Corail, faire du surf et travailler dans le fruit picking pour mettre un peu d'argent de côté et continuer le voyage.

Dans la première ferme je me suis vraiment fait chier, j’étais un peu perdu et Richard et Amanda étaient vraiment spéciaux. Ils avaient une propriété magnifique avec une immense maison et pas mal d’argent je pense. Voilà quelques photos de la maison et du jardin.

VSCN3973

VSCN3972

En dessous , c’est la petite maison où j' habitais. Il y avait des trucs pour qu'Amanda fasse de la gym, un grand billard américain, mon lit superposé et une salle de bain… drôle de mélange.

DSCN3959

Et encore deux photos du jardin pour que vous voyez un peu l’ambiance.

DSCN3963 

DSCN4050

Le problème c’est que ces gens étaient désorganisés, bordéliques et fainéants… Le premier jour, j’ai passé l’aspirateur dans toute la maison et sérieusement, je pense que ça faisait bien 3 semaines que personne n’avait passé l’aspi. La maison était tellement grande qu’il m'a fallu 2 heures pour ne nettoyer que le sol.

Je vous montre la maison :

L’entrée DSCN4143

La cuisine DSCN4142

Le salon VSCN4144

La terrasse VSCN4145.JPG

Et enfin la piscine. DSCN4138.JPG 

Il y avait aussi un jacuzzi, qu'on peut voir en dessous à gauche, mais il n'était plus utilisé pk trop sale, au milieu on voit la petite rivière qui traverse toute la propriété et finit en cascade plus ou moins grosse en fonction des saisons et de la pluie. DSCN3977.JPG

et voilà la cascade. DSCN3978

Quand je suis arrivé là bas, ils attendaient deux autres woofers allemands, mais finalement personne n'est jamais arrivé. Donc, presque toute la journée je travaillais dans le jardin tout seul. De temps en temps, Richard venait me voir. En général, il n’était pas content parce que comme je suis du genre méticuleux, je n’allais pas assez vite à son goût…  Enfin bon, on s’est pris la tête une ou deux fois et puis je me suis écrasé pour faire exactement ce qu’il me disait même si la plupart du temps c’était des ordres idiots avec de mauvaises conséqences pour les plantes.

Et puis un jour, Amanda s’est dit qu'elle allait venir m’aider, c’était un après-midi. Alors elle m'a aidé un peu et puis au bout d'une demi-heure, comme elle était épuisée, elle m’a dit que je pouvais arrêter pour la journée et aller nager dans la piscine. Le soir, pendant le dîner elle a répété deux ou trois fois à Richard que je travaillais très bien et que j’étais finalement très efficace, bien que je sois perfectionniste. Et grâce à ça, Richard est devenu beaucoup plus sympa avec moi et m'a foutu la paix sur ma façon de travailler.

Quand j’étais chez eux, je travaillais toute la journée tout seul (6 heures par jour) et je finissais vers 15h30. Le midi, je prenais une pause d’une demi-heure pour manger des sandwiches, encore tout seul. Après mon travail, j’allais soit lire, faire mon blog ou regarder des films dans leur petite salle de cinéma et vers 18h30, je retournais les voir pour manger avec eux. A chaque fois, je proposais de les aider pour faire à manger, mais ils me disaient : « Non, c’est bon, tu as travaillé toute la journée alors va te détendre maintenant ». Et pendant le dîner, le seul moment où j’étais vraiment avec eux ils regardaient les infos à la TV, ce qui n’était pas très propice pour engager la conversation.   

L'ambiance chez eux n'était pas extraordinnaire mais bon, ils faisaient très bien la cuisine, ils avaient Internet avec un très bon débit ce qui me permettait de télécharger plein de séries ; et puis ils habitaient au cœur d’une petite forêt tropicale, ce qui me permettait de me balader dans la jungle de temps en temps.   

Voici 2,3 photos de la jungle et des immenses eucalyptus.  

 

DSCN4027DSCN3985.JPGDSCN4017

DSCN4039-copie-1 

Une fois, sur le chemin du retour, j’ai senti un truck me piquer super fort au niveau du pied. Je pensais que c’était une herbe ou quelque chose comme ça (puisque les plantes sont tout plein de pics ici), alors j’essayais de le retirer avec ma main, et là.... je sens un truc gluant comme une limace. Quand je réalise que c’etait une sangsue j'ai balancé ma chaussure et retiré ma chaussette à toute vitesse.

J’ai pissé le sang pendant 5 minutes tellement le trou était profond.

DSCN4055

J’ai mis à peu près autant de temps pour retirer cette saloprie de ma chaussette, heureusement qu'elle m'avait mordu à travers le tissu et qu'en retirant ma chaussette elle est partie avec pk sinon je ne sais pas comment j’aurais fait pour la retirer.

Une petite photo du monstre visqueux VSCN4156

Au final, je ne sais pas bien pourquoi je suis resté chez eux 10 jours. Pendant ce petit séjour, je suis tombé malade et j’ai dormi deux jours entiers. Comme au moment où je suis allé un peu mieux il n’arrêtait pas de pleuvoir, ils m’ont trouvé un travail pas trop fatiguant : arracher les mauvaises herbes pk quand il pleut le sol est plus souple, tout le monde sait ça …

Ce jour-là, Richard est venu me voir et il m'a dit « Je dois aller en ville demain, alors si tu veux je peux t’emmener là-bas et tu pourras te reposer dans une auberge ». J’étais super content d’avoir une excuse pour partir et en même temps j’étais un peu déçu de me faire gentiment virer de chez eux. Le soir, j’ai été très surpris quand Richard a dit à Amanda que plus tôt dans la journée, je lui avais demandé s'il ne pouvait pas me ramener en ville pk j’étais trop fatigué pour continuer à travailler chez eux…  J'ai fait comme si je n’avais pas entendu et je me suis dit : "T'as raison pauvre connard, je vais me barrer et ce sera pas plus mal".

Le lendemain sur le chemin du retour, il m’a fait la morale du genre, tu as l’air un peu désespéré mon garçon, j’espère que tu ne vas pas perdre deux ans à voyager sans raison alors que tu es encore jeune et que tu pourrais étudier… J’ai essayé de lui répondre mais à la fin j’ai juste arrêté de parler.

 

Finalement je suis arrivé à Noosa au Dolphin Beach House, une auberge super sympa avec des hamacs partout…  J’étais sensé retourner dans une ferme faire du woofing mais vu le séjour que j’avais eu précédemment je leur ai dit que je ne voulais plus venir, et j’ai décidé de rester à Noosa pour une période indéterminée...  

Arrivé à Noosa, j'ai commencé à profiter un peu de mes vacances et des superbes plages. Et oui, parce que toute la côte Est de l'Australie et spécialement la Sunshine Coast est très célèbre pour ses plages grandioses. DSCN4133DSCN4219DSCN4076DSCN4215

Quelques photos des berges et de la côte rocheuse.

DSCN4084DSCN4134DSCN4135

 

Les mauvaises langues diront que ça ressemble aux côtes de la Corse ou que l'on peut voir ce genre de paysage dans le sud de l'Europe. Il n'empêche qu'ici c'est l'Océan Pacifique et pas la mer Méditerrannée. Et puis quand j'ai pris ces photos, j'ai vu des baleines pour la première fois. Bien sûr elles étaient très loin et on ne voyait que leur queue sortir de temps en temps et le nuage d'eau qu'elles crachaient mais j'étais quand même très content.

 

Au Dolphin Beach House, je me suis fait plein de potes dont Edith, une chinoise qui a habité à Vancouver pendant 15 ans, et Alex qui est née en France avec une mère portugaise et un père espagnol, ce qui fait qu’elle est maintenant quadrilingue.

Sur la plage mes principales occupations étaient surtout de bronzer, de manger des chicken and chips. Jje vous avouerais que manger du poulet et des frites sur la plage quand il y a du vent, il y a plus intelligent à faire, surtout si on ne veut pas aussi manger du sable (c'est à cause du sable dans la bouche que je fais une tête bizarre).  

DSCF1399

Un jour, on a aussi ramassé des Peepes, ce sont des coquillages qui ressemblent aux coques. En une après midi et en courant partout dès qu’une grosse vague les déterrait un peu du sable on a ramassé 3 kilos de Peepes. Et puis ça a été toute une aventure pour les cuisiner, mais bon à la fin c'était très bon ( malheuresement il restait toujours du sable pk je les avais pas bien fait dégorger)  

Pour revenir et continuer la série "animal mortel d’Australie" de l'article précédent, je peux vous montrer deux méduses qu’on voyait presque tous les jours échouées sur la plage.

DSCN4289.JPG DSCN4290 DSCN4218 La première est une blue botel, elle peut causer de très graves brûlures, mais aucune de ces méduses n'est mortelle.

A Noosa, j’aurais aussi eu ma première leçon de surf. Les planches étaient gratuites à l’auberge pour les 4 premières heures. Alors, j’ai demandé à un Hollandais super sympa s’il pouvait m’apprendre les techniques. En fait, il revenait d’un stage intensif de surf de 10 jours, alors il se rappelait bien de ce qu’il avait appris et a tenté de m'apprendre à son tour.

Pendant les quelques heures où on a fait du surf, j’ai réussi à me lever deux fois et je crois que c’est pas mal du tout. Surtout que Léon, mon prof hollandai n'a jamais réussi à se lever pk la planche était trop petite pour lui, ou plutôt qu’il était trop grand pour la planche pk c’était un géant.

Quelques photos de moi sur la planche et en train de galérer dans l’eau :

Le début DSCN4259-copie-1.JPG

 Les premières vagues

DSCN4261DSCN4270DSCN4278 

Là, je commençais à en avoir un peu mare DSCN4273.JPG 

 Et ça, c’est l'une des fois où je suis sur le point de me lever.DSCN4274

Mais bon, à la fin j’étais épuisé et je n’avais plus de bras, alors même si j’avais bien compris quelle vague prendre, à quel moment il faut commencer à se positionner et comment se positionner, je n’étais plus capable de le faire...

A part la plage, le plus grand intérêt de Noosa c’était son parc national.

La première fois que j’y suis allé, j’ai vu un grand varan dès l’entrée du parc, alors j’étais super content et ça semblait être un bon présage de tous les animaux que j’allais voir DSCN4087.JPGRSCN4153.JPG

J’aurais aussi vu mon premier opossum dans ce parc. Au début, j’ai cru que c’était un écureuil mais en fait c’est vraiment très différent. DSCN4203.JPG Celui-ci était trop marrant, dès qu’il m'a vu, il s’est caché derrière un tronc et il a commencé à escalader l’arbre tout doucement en mode furtif. Le problème c’est que l’arbre qu’il avait choisi penchait à presque 90° à un mètre du sol, alors quand il est arrivé à cet endroit-là,  il n’était plus caché du tout et j’ai pu prendre plein de photos.    

Voilà, sinon dans ce parc j’ai vu plein de plantes extraordinaires, des cinquantaines d’eucalyptus différents, toutes sortes de palmier et encore plein de trucks que j’avais jamais vus.

Voila quelques photos du parcours que j’ai fait :

DSCN4102.JPGDSCN4132.JPGVSCN4149.JPG

Ca, c’est une espèce de petit palmier que l’on ne trouve qu'en Australie. VSCN4148.JPG

Et pour finir un arbre-liane qui grimpe sur les autres comme une espèce de toile d’araignée. J’étais tellement impressionné que j’ai pris des dizaines de photos.

DSCN4090.JPGDSCN4094.JPGDSCN4107.JPG VSCN4151.JPG

VSCN4152.JPG

DSCN4110.JPGDSCN4106.JPG Les  couleurs de l’écorce rappellent le kaki de l’armée australienne…

Les dix jours où je suis resté à Noosa étaient vraiment super, mais il était temps pour moi d'aller voir autre chose. Il fallait que je trouve une ferme pour faire du fruit picking, ce qui me permettrait de valider mes jours pour le second visa et gagner de l’argent. Juste avant de partir, j’ai rencontré un Québéquois qui voulait aussi aller dans le nord pour faire du fruit picking, alors on a décidé d’aller tous les deux à Bundaberg, ce qui était sensé être très bien pour faire de la récolte de fruits…

Le voyage en bus a duré presque 7h, je vous montre quelques photo sympas que j’ai prises depuis le bus, je deviens champion pour prendre des photos en route.

DSCN4306.JPGDSCN4308.JPG 

Mais bon, quand on est arrivés à Bundaberg, ça a été la grande désillusion, on a eu beaucoup de mal à trouver une auberge convenable et pas trop chère. La ville était tout sauf accueillante, je venais d’arriver dans l’Australie profonde où les gens ont un accent très fort et ne sont pas forcément très chaleureux avec les étrangers dans mon genre… Cette ville avait un côté vieux western avec des saloons partout et des longs balcons comme on ne voit plus que dans les films. Pour illustrer mes propos je peux vous montrer l’auberge d’en face. DSCN4351.JPG

Mais il y avait aussi un côté ancienne ville industrielle avec d’énormes rues et de grands hangars partout. DSCN4350.JPGDSCN4354.JPG

Bundaberg en plus du côté agricole est très réputée pour sa fabrique de rhum.DSCN4358.JPG 

Enfin bon, j’ai pas du tout aimé la ville, ça avait l’air triste, morne et la météo arrangeait pas les choses. Après deux heures à sillonner la ville sous la pluie, on avait enfin trouvé une auberge, et c’est à ce moment là que ça a commencé à vraiment se compliquer.

Je vous explique : en Australie la plupart des Backpackers viennent pour un an, mais il y a toujours la possibilité de demander un second visa, après avoir travaillé 88 jours pour le gouvernement australien. Pour ce second visa, il faut avoir travaillé dans l’agriculture, la construction ou d’autre secteur primaire et dans des zones géographiques spécifiques. Cette mesure vise à orienter les immigrants pour qu’ils travaillent dans les régions ou les secteurs où il n’y a littéralement  pas assez d’Australiens pour répondre à la demande.

Le moyen le plus facile pour avoir son second visa et de mettre de l’argent de côté est sensé être les récoltes de fruits et légumes «harvest job», parce que la demande de main d’œuvre est très importante. Les agriculteurs ont besoin de beaucoup de monde et sur une courte période ce qui est parfait pour nous voyageurs. Le problème c’est qu’il faut être au bon endroit au bon moment. Par exemple les fraises et les tomates c’est octobre-novembre dans le Queensland mais ce sera plus tard dans le Victoria, les mangues c’est en juin juillet dans le South Australia mais ça commence en août dans le Western Australia et ainsi de suite. Bundaberg est au centre de l’une des plus grandes régions agricoles du Queensland, alors je pensais pouvoir trouver une ferme rapidement. Le problème c’est que cette ville était trop célèbre et que des milliers de backpackers étaient déjà là pour bosser dans les fermes. Tout le monde arrive en ville et pense qu’il va trouver du travail pk c’est sensé être facile mais je n’avais pas pensé que la concurrence serait aussi rude.

 Et les auberges qui placent leurs résidants dans les fermes avec qui elles sont en contact se font un buisness pas possible sur le dos des travailleurs. Là où on est arrivés, il fallait  attendre une semaine pour être sur la liste de ceux qui travaillent. Après une autre semaine, on commence à avoir un ou deux jours de travail dans une ferme. Un car va tous les matins (5h du matin) de l’auberge à la ferme et ramène les travailleurs l’après midi (vers 14h). Donc la première semaine si tu as de la chance, tu peux te faire jusqu'à 200$, mais le souci c’est que le loyer dans ce genre d’auberge c’est à peu à près 200$. Donc les trois premières semaines, comme tu ne travailles pas assez, tout l’argent que tu gagnes va dans le loyer, la bouffe et pour beaucoup de gens dans l’alcool. Tu ne commenceras à travailler tous les jours et à vraiment mettre de l’argent de côté qu’après un mois, lorsque tu auras assez payé l’auberge pour mériter de travailler tous les jours.

Le pire, c’est que plein de gens font ça pk c’est vrai qu’après un mois d’attente et de galère et en bossant 10h par jour comme un chien, on peut gagner entre 100 et 150$ la journée ce qui fait entre 2000 et 4000 $ en un mois.

Mais bon, moi je n’ai pas voulus attendre un mois à payer une auberge pour rien, dans une ville déserte et ennuyeuse. J’ai essayé de voir si je ne pouvais pas trouver une autre solution, en rencontrant les fermiers directement et en parlant aux gens en ville, mais lorsqu'une dame m'a expliqué que la saison était particulièrement difficile ces dernier mois à cause d’une énorme inondation qui avait tout ravagé 4 mois plus tôt, j’ai pensé qu’il valait mieux partir. Alors une fois encore, j’ai fait mon sac (cette fois il n’avait pas vraiment été défait), j’ai pris le bus et je suis parti. C’est aussi à ce moment là que le Québéquois et moi nous sommes séparés, il voulait tenter sa chance dans les fermes et moi partir : la première personne avec qui j’avais choisi de voyager ne sera restée avec moi que 4 jours …

 

A ce moment là, je commençais à sacrément puiser dans mes économies et il était temps de travailler, alors je me suis dit que j’allais essayer une grande ville, et que là au moins, le boulot n’allait pas dépendre des conditions climatiques. C’est comme ça que je suis parti pour Sydney. C’était le 27 octobre, je pensais rester là-bas 2 mois et partir juste après le 1er de l’an.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :